Voici quelques mots de Serge Le Barabare sur notre groupe partenaire, Paranoïd Sky.
Et retrouvez l’interview audio du groupe par Rock En Folie juste après.

« A la grâce du Metal, mes petits oiseaux de paradis, plongeons nous ensemble en de radieux cieux tourmentés du Rock et de la Folie, du Hard bien lourd et de la paranoïa furieuse…
Ouais mes p’tits piafs pas tant du paradis au final, nan pasque c’est pas un voyage parmi les anges que j’vous propose pour le coup
Nan
Là, on va plutôt aller se faire une petite ballade en forme de chute libre sur un nid de vipère en baloche, mes petits oiseaux de paradis, mais reste je t’en prie, reste pour savoir, que je reste pour voir ….
Ouais pasque nan, mais on va causer Stoner psyché, mes p’tits piafs, on va s’esquinter la nuque façon rock très, très Hard… pis tu peux m’faire confiance, même que j’men vais te causer de paranoïa vu du ciel avec les petits apprentis démon venus des catacombes
Paranoïd Sky, pour ne pas les nommer, qui nous catapulte une tuerie violente en forme d’EP gracieusement intitulé :  » Stay to know, ’cause we stay to see  »
Nan pasque ouais, mais là, ok, cinq titres ! Mais attention cinq massacres à la tronçonneuse à six cordes version j’te démonte ta jolie petite tête de petit oiseau de paradis, mais avec classe et pis du style !
Bon, d’abord ta la gratte, sauvage et féroce genre comme un tigre qu’aurait bouffé que du yoghourt depuis trois semaines, pis t’as la rythmique lourde comme de l’acier en fusion qu’un forgeron géant martèlerait tel la rengaine paranoïaque d’un ciel qui n’en fini plus de cracher sa haine sur ce paradis pour oiseaux trop polis et pis enfin t’as cette voix perverse, brulante comme une invitation à faire l’amour sur un lit de ronces
Ouais mes p’tits piafs c’est pas de la zique pour pucelle édulcorée, nan plutôt une espèce d’énergie brute qui te prend par le colbac pour te faire danser avec le diable
Pour conclure, mes charmants petits oiseaux de paradis
Pour vos vols de nuit parmi les étoiles
Pour l’amener tout doucement aux plaisirs interdits
Groove des ailes au son maudit de Paranoïd Sky »

Serge Le Barabare